Editions Sefraber

Boutique
Vente de nos livres - Vente en ligne Imprimer Email
  • EN  FRANCE
  • A Perpignan  à la Librairie Sefraber : 24 ,  rue des Cardeurs - 66000  PERPIGNAN

  • Si vous êtes un libraire, merci de passer votre commande : par mail  à  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou  par téléphone  au +33 981834207

  • Pour toute commande concernant signatures et salons, contacter impérativement l'éditeur
  • Si vous êtes un particulier, vous pouvez commander directement à l'aide des boutons  " ACHETER " mis à votre disposition sur le site.
  • ou vous rendre chez votre libraire préféré ou  à la FNAC  pour passer commande de l'ouvrage de votre choix.
  •  

    Algérie :  contactez  nous  uniquement par mail :  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. m

     

    TOUS  NOS  LIVRES  SONT  EGALEMENT  VENDUS  SUR  AMAZON


  •  
    Partager cet article
    Izlan n Tayri D-Tlelli Imprimer Email

    IZLAN N TAYRI  D-TLELLI

    Tamedyazt n Aɛmer d tamedyazt n tafat i d-iflalin seg wussan-nni n tillas. Di tallit-nni n ṭṭrad ger tayri d uɣurru. Tallit-nni nerra ass-a ɣer deffir tuyat akken ad tt-nettu, imi nuggad ad nefk udem i tidett. Aɛmer ismekti-yaɣ-d tayri-nni nugi ad nwali, nekkni nettnadi fell-as asmi nɣuc iman-nneɣ asmi nɣuc tameddurt nneɣ. Tayri n tudert, tayri n umdan, tayri n tidet, tayri n temlel, tayri n tezdeg. D tayriwin-a i ɣef nesberber nekkni i ɣef yezwi umedyaz takka.


    Baudelaire a écrit un jour, qu'il transformait la boue en or; il en est ainsi de la poésie d'Amar GACEM, dont les rayons lumineux sont les rescapés des nuits noires de l'affrontement entre l'amour et la tromperie. Cette période qui se trouva reléguée dans le brouillard de l'oubli, comme une page que nous ne voulons pas lire, mais oublier. Le poète est celui qui refuse l'oubli, aussi il nous invite à regarder  dans les yeux une partie de ce qui fait notre vérité, une vérité unie à l'amour et à la recherche duquel nous ne mimes nulle passion. S'il y a une chose, nous dit Amar GACEM, que nous n'avions pas su construire, c'est bien l'amour, ce viatique vers l'autre, ce pont vers l'harmonie, ce petit pas que nous attendons et qui nous attend partout où l'homme rêve de bâtir une maison que la bêtise abhorrerait.




    EN COMMANDE  DES MAINTENANT

    LIVRAISON  FIN JANVIER 2019

    SANS  FRAIS
     
    Partager cet article
    Inurar-Nouader, village des Aurès , sur les pas de Germaine Tillion Imprimer Email

    INURAR-NOUADER , Village des Aurès - Sur les pas de Germaine Tillion

    - Tel qu'il se présente, votre travail me passionne,...Il s'agit d'un témoignage en direct, éclairé par des

    documents et non d'un récit plus ou moins remanié "- (Michel Lambart, ancien Directeur pédagogique de Hachette en Algérie)



    Il n’y a pas de meilleur guide que Nelly Forget, qui a accompagné Germaine Tillion  durant plus de cinquante ans, pour nous faire découvrir l’oeuvre de Claude Cornu.

    L’auteur n’avait pas choisi d’avoir 20 ans dans les Aurès et d’y faire la guerre mais, en revêtant l’uniforme des appelés, il s’était juré de ne jamais tuer. Les circonstances l’aidèrent à tenir cet engagement.

    Ce qui domine dans ce livre c’est la qualité des relations humaines dont témoignent ces photos prises dans un contexte de guerre qui aurait dû engendrer méfiance et contrainte, peur et hostilité, soupçon et dissimulation.Aucun cliché n’apparaît pris à la dérobée. Tous les sujets sont pris frontalement, regardant sans gêne ceui qui les "mitraille", prenant quelquefois la pose ce qui a  été indispensable pour les croquis et dessins qui complètent la collection et  offrant le plus souvent un large sourire , celui de la confiance,

    Quelle confiance lui a été faite par le village pour lui confier précisément ses enfants (90 inscriptions dès le 1er jour de classe !) pour le laisser circuler partout, entrer dans les maisons, participer aux fêtes familiales au risque d'introduire un espion dans leur intimité



     
    Partager cet article
    Un conteur noir en kabylie. Imprimer Email

    Un chant de vivre ensemble

    Dans un monde où le conteur invite le merveilleux,

    Pour apporter sa participation aux maux qui minent nos sociétés d’aujourd’hui.

    Silence

    Le conte prend sa place

    Pour écarter les incompréhensions des mots

    Pour simplement mettre l'homme au centre de nos préoccupations

    La fable incarne dans ce livre son pouvoir de rendre la vie écoutable

    Moralité : l'Autre est un plus.


     

     

     

    Prix France et étranger TTC : 9 € Prix Algérie TTC 300 Dinars

    ISBN 978-2-35453-015-0

    Distribution en Algérie : UNI KOM tel 0550844337

     
    Partager cet article
    Tullisin s teqbaylit- Tamazight latin Imprimer Email

    Leqdic-a, akken i t-id-neɛrek nekk d yinelmaden n uswir wis 04 ; tazwara tella d tikti kan, syin akin tuɣ abrid seg ucrured ɣer tikli ; nxeddem deg-s almi kan i yuɣal ɣer taggara d armud n tullisin i d-yeffɣen deg udlis-a. D tullisin s teqbaylit meẓẓiyen maca yal yiwet tessawaḍ-d izen iɣef wayen tebɣa ad tini. Nuzen-itent ilmend n wayen nwala deg tneɣrit akked wamek ilaq ad naru tullist.

    Tullisin-a s teqbaylit i yellan deg udlis, mgaradent gar-asen ama ɣef wayen yerzan isental neɣ gar usugen d tilawt ; ilmend wamek iga uxemmem unelmad d wanda izmer daɣen ad issiwed aswir-ines. Mi ara nwali deg waya, ad d-naf inelmaden mi ara d-lsen tullist, beqqun s waṭas ad rẓen aqerruy-nsen ad  sugenen wala ma sneseren-tt-id anda nniḍen neɣ deg tilawt.

    Akken daɣen ara rreɣ tiɣri   i yiselmaden d teslmadin i yekkaten ɣef teqbaylit d yidles amaziɣ, ad rnun cwiṭ deg lǧehd-nsen d lebɣi-nsen akken ad fken imru i unelmad  ad yaru i wakken  ad issenfali deg tmussni-ines, deg uxemmem-is, deg yiḥulfan-is… dayen ara yeǧǧen anelmad ad yissin iman-is ugar, ad yernu ad yefk azal d wafud i yidles-ines ad t-yissin ugar wayen yessen deg-s yakan. S tira i nezmer ad neqqen gar tsuta n yiḍelli d tin n wass-a akken ad d-yili useḥbiber ɣef   tmeslayt-nneɣ.

     

     


    Ce livre  est  un remerciement  à  tous les enseignants et  enseignantes qui travaillent  sur la culture amazighe. C’est  aussi un encouragement    afin qu’ils  persévèrent   et permettent  aux peuples  berbères  de  se réapproprier leur  écriture  et  leur lecture.

    Ces nouvelles  sont  écrites  en Taqbaylit  qui est l’écriture tamazight  latine des kabyles.  Elles abordent  des sujets différents,  les uns  sont  purement  imaginatifs et d’autres  ont  été puisés dans l’actualité. Leur  rédaction  a permis  d’évaluer  le niveau des élèves et leurs capacités de  faire la distinction entre le réel et l’imaginaire.

    Ce livre est le résultat  d’une année  de travail scolaire de  9 élèves  de  4ème année du CEM    de Toudja  en  Kabylie ( Algérie ). A partir  d’une idée qui   paraissait  impossible à réaliser, nous avons réussi à construire  9 nouvelles dans l’esprit des contes  kabyles ;  Ainsi, pour rédiger  son texte,  chaque  auteur a pu   utiliser  les acquits  reçus  lors  de l’enseignement de tamazight.

     

     

     

     

     

     

    Prix France et étranger TTC : 11 €

    ISBN 978-2-35453-041-9

    Disponible en Algérie : Contacter  Fawzi  0661864027

     
    Partager cet article
    Apprendre la Guitare- Spécial Chanson Kabyle Imprimer Email

    Pour vous initier ou vous perfectionner à la guitare sur des chansons kabyles, un nouvel ouvrage "Apprendre la guitare," vient de paraître. Ce magnifique ouvrage de Hocine Ouaguenini est un outil 100% pratique, pédagogique et progressif. Son objectif est de pouvoir lire une tablature, déchiffrer des accords...
    Pas moins de 12 chansons Kabyles très connues sont transcrites en tablatures & solfège :l'album est accompagné de deux  cd

    - Tabalizt : H'sissen (interprétée par Ali Amran)
    - Cfiɣ : Idir
    - Mara-d yuɣal : Djamel Allam
    - Jaḥeɣ: Akli Yahiatene
    - Intas m-adyas : Cheikh El Hasnaoui
    - Lvaz : Ideflawen
    - Aqlalas : Assam Mouloud
    - Aneft-iyi kan : Ali Amran
    - Aya lxir inu : Idir
    - Aveḥri n tmeddit : Idir
    - Ajeǧǧig : idir
    - Gibraltar : Djamel Allam

    Prix TTC  envoi par poste  en lettre  suivie : 18 €

     
    Partager cet article
    Bejaia capitale des lumières Imprimer Email


    Abderrahmane Khelifa, cet amoureux de l’histoire et de l’Algérie, n’en est pas à sa première tentative, puisqu’il a déjà fait paraître plusieurs livres consacrés à de nombreuses villes, à l’instar d’Alger avec Histoire d’El-Djazaïr Bani Mazghana ; Honaïne, ancien port du royaume de Tlemcen, ou encore Cirta, Constantine, la capitale céleste. La préface quant à elle a été élaborée par le PDG du groupe Cevital, Issad Rebrab, où il rappelle le rôle civilisationnel et commercial qu’a joué, et que joue encore, la ville dans le bassin méditerranéen.Le judaïsme, le christianisme, l’avènement de l’islam ainsi que les cultes présents à Béjaïa sont évoqués dans le chapitre suivant, où il est également question du mouvement des confréries et des zaouïas qui ont fait la renommée de la ville.

    Lire la suite...
     
    Partager cet article
    Tunisie : La révolution face à la mondialisation des fondamentalismes contemporains Imprimer Email

    Le Livre :

    Face à l'exacerbation du fondamentalisme islamique obscurantiste et régressif, au fondamentalisme néo libéral usurpateur et colonialiste et au fondamentalisme d'une gauche sociale et ( ou ) nationaliste centralisatrice et substitutive, le processus révolutionnaire déclenché en Tunisie ( 2010-2011 )  et propagé dans tout le monde arabe s'est heurté à une entreprise infranchissable de manoeuvres de récupération qui a trouvé,d'abord, aux syndicats et dans les partis ouvriers, puis dans les ONG dites de la société civile, un pilier solide qui a tout fait pour court-circuiter ce processus et le remplacer par un soi-disant « processus démocratique » qui limite les tâches révolutionnaires en une restauration des régimes en place;

     

     

    Né en 1962, à Menzel Bouzaienne, Tunisie , Mohamed Amami s’est lancé très tôt dans la lutte révolutionnaire ascendante dans son paysdurant les années 1970-1980 , ce qui lui à coûté 6 mois de prison à l’âge de 17 ans . Renvoyé de son travail, entre 1985 et 1989, alors qu’il était instituteur et très actif au sein de son syndicat affilié à  l’UGTT.  Membre fondateur et dirigeant de l’Organisation Communiste Révolutionnaire  ( OCR ) à tendance trotskyste, il a connu toutes formes de répression et de harcèlement policiers sous le régime de Ben Ali. Convaincu que sa propre organisation et les organisations de la dite gauche radicale en général sont en délitement irréversible, il s’exila en France depuis 2006. Licence en Histoire, diplômé en informatique, travailleur social, l’auteur ne cesse d’animer beaucoup de conférences, d’interventions, de débats, de manifestations de solidarités sur la situation dans le monde arabe et en Tunisie.

    SORTIE  LE  24 MARS 2015  à l'occasion  du  Forum Social Mondial de Tunis  2015.

    Prix : 12 €  TTC.  Disponible  également  en Tunisie  Prix  : 10 Dinars.

    FRAIS ENVOI GRATUITS
     
    Partager cet article
    Timsirin n ddunit -Ce que la vie m'a appris Imprimer Email

    Le Livre :

    L’auteur est un poète-cardiologue. Il ausculte le cœur de la vie pour comprendre les états  d’âmes, les soubresauts, les secousses, les pulsions, les pulsations d’une société qui lui tient à cœur, étant issu des entrailles de celle-ci.   Son cœur bat au rythme de sa société. Tantôt il s’affole quant il a peur pour elle, tantôt il se calme quand il sent ses concitoyens revigorés par un sentiment d’optimisme, de renouveau, de dignité. Pour l’auteur, la vie est un laboratoire. Chaque pas que nous faisons doit nous projeter vers un avenir plus radieux en tenant compte des enseignements des échecs. Sa devise est : Un pas en arrière, deux pas en avant.  De la synthèse de sa vie, l’auteur, a extrait des fables et des nouvelles écrites avec l’art et la manière.

    Ddunit d aɣerbaz n umdan, yal asurif di tudert-is d tadyant, yal tadyant d tamsirt, yal tamsirt teɛa azwel. Amdan si zik yerwa amdegger d ddunit, yerwa tilufa, yal taluft teslemd-as amek ara yimmager tudert. Timsirin n ddunit, d adlis anda ara d-naf  yal taneqqist deg-s tamsirt, yal tullist deg-s anamek, d imedyaten ara yemlen abrid i yal win ara yeɣren adlis-agi. Amyaru iɣezz s tektiwin-ines yeseqdec tamawalt iwatan di tira-s, yeɛreḍ ad d-yessenfali s yimru-s d uɣanib-ines, ayen akken yefren deg wul n yal d amdan, s tira-s yebɣa ad yefsi tiyersi ikarsen amdan d wuguren yettemlil di tudert-is n yal ass neɣ di tmetti deg-i yettidir. Qqaren : Abrid igezmen d win i iqerben, Ad d-naf  amyaru yella wayen d-yesmuḥyet si tutlayin nniḍen ar teqbaylit. Ayen d-yesmuḥyet yefka-as udem n tsekla taqbaylit, yerna-as tugna tettidir tmetti taqbaylit n yiḍelli akk d tinna n wass-a, akken yal win ara tt-yeɣren ad iḥulfu tella deg-s teqbaylit d wansayen-is.

    FRAIS ENVOI GRATUITS MONDE ENT
    Expédié sans frais,même  en ALgérie.
    Lire la suite...
     
    Partager cet article
    Ce champ de mots Imprimer Email

    Dans son livre : Ce champ de mots , Hamid Larbi  nous invite  à partager sa poésie ensorcelante. Une poésie qu'il a déclamée pour la première fois lors des soirées du rassemblement des poètes méditerranéens Tarente en 1998. En effet, Hamid Larbi a sorti de ses poches des feuilles de papier en commençant sa lecture ayant trait aux étoiles, aux fleurs, aux dénonciations multiples.

    A la fin de cette soirée, un illustre professeur lui demanda où il pouvait se procurer son recueil de poésie. D'où l'idée de publier, quelques années plus tard, l'ouvrage en question. En effet, cet aède prolifique livre des alexandrins d'une haute portée intellectuelle, mêlant réalité et lyrisme. Un voyage initiatique à travers les méandres de la vie (les larmes, les sourires, les colères, les souffrances...) procure une sérénité de l'âme

    EXPEDITION SANS FRAIS MONDE E
     
    Partager cet article
    Tughalin Imprimer Email

    Les thèmes traités sont variés. Ils sont relatifs à diverses situations liées directement à nos traditions. Le romancier évoque la découverte du bonheur dans l’exil forcé de certains, jusqu’au regret qui surgit chez d’autres sans, toutefois, oublier les remords qui serinent dans les fins fond de la mémoire au point de se sentir coupable.

    La lecture du roman nous invite à traverser les pensées des temps anciens et modernes. Il évoque divers évènements qui ont marqué la vie. Néanmoins l’idée principale du roman, comme le titre l’indique et qui revient dans la majorité des nouvelles, est le retour aux sources, au sens général du terme.

    Le recueil de nouvelles "Tughalin" est garni de phrases simples puisées dans la langue kabyle enrichies quelquefois de mots en voie de disparition que l’auteur se donne le devoir de sauver. Avec un style dithyrambique, Aâmar Mezdad a su comment dynamiser la musique de la langue kabyle. Il nous fait découvrir ses richesses d’expression non exploitées ou tout simplement ignorées par les générations montantes. Ainsi, l’auteur nous invite à goûter à l’ancien pour mieux prévoir l’avenir. Pour exprimer cette pensée malheureuse de cet homme qui est aux portes de la mort, il écrit "un pied sur terre, l’autre au-dessous". Ou cette manière d’imager la liberté "comme une brebis qui se dégage de sa corde". Ou encore cet appel de nostalgie "aucune oreille ne résiste à l’appel du pays". Le romancier parle de nos traditions ancestrales d’hospitalité qui honorent les Kabyles. Il nous présente ce caractère généreux du Kabyle qui consiste à accueillir celui qui demande l’hospitalité sans se poser de question "on ne doit pas chercher d’où il vient, ni où il se dirige. Celui qui est rattrapé par la nuit, nous lui offrons l’hospitalité et il devient un membre de la famille".

    Le sentiment dégagé dans ce recueil est accaparé par le côté relationnel entre les anciennes et nouvelles générations. Dans son rôle dans la société kabyle, la femme est décrite pleine de tendresse, prête à affronter n’importe quelle situation, qu’elle soit jeune ou âgée. Comme c’est le cas de cette fiancée qui perd son futur mari. Elle doit garder ses souffrances uniquement pour elle "même si la fiancée est touchée par ce décès, elle ne doit montrer aucun signe de faiblesse".

    Dans le roman, le spleen s’est emparé de la grande part. Les premiers personnages des trois premières nouvelles meurent à la fin de la nouvelle. Sinon l’émotion joyeuse est traitée en flash. Le style employé est accessible à tous ceux qui connaissent le Kabyle.

    Le recueil de nouvelles "Tughalin" nous concentre sur ce dialogue entre un scientifique et un ancien et vieil émigré qui revient en Kabylie après avoir sillonné beaucoup de pays à travers le monde. Il met en affront deux réflexions, celle d’un jeune interne et d’un ancien. L’auteur nous apprend que les meilleures leçons sont celles que nous apprenons dans la philosophie de la vie. Dans la nouvelle "Inebgi", on détecte les remords que cet ancien moudjahid garde envers ses ancien(ne)s ami(e)s de lutte qui ont sacrifié leur jeunesse pour que l’Algérie profite de jours meilleurs. C’est le cas de cette vielle qui a servi et vécu uniquement pour que la cause humanitaire soit prospère. Elle a partagé, comme à l’accoutumée dans la société kabyle, tout ce qu’elle possède pour que l’invité se sente à l’aise.

    A travers ces nouvelles écrites avec un style pamphlétaire, Aâmar Mezdad nous fait traverser le vécu en bonheur ou en malheur des habitants des villages de la Kabylie.

    Prix  TTC  : 9,50 €

    EXPEDITION SANS FRAIS MONDE E
     
    Partager cet article
    Ce voleur qui... Imprimer Email

     

    De son vivant, Saïd souhaitait publier un recueil de ses billets. La mort l’a empêché de concrétiser son souhait.

    Il n’a pas été facile de faire un choix sur les quelques mille cinq cents billets et rubriques et autres écrits publiés dans Alger républicain sous la rubrique El Ghoul, dans Le Matin sous la rubrique Mesmar J’Ha, dans Ruptures, dans El Manchar et Baroud, dans Le Soir d’Algérie, des caricatures agrémentaient également certains de ses écrits.

    Mais lui mieux que personne peut dire pourquoi il écrivait avec une telle constance. Laissons-le parler.

    « Voici livré au public, ce premier recueil de billets. Ils ont paru dans Alger républicain sous la rubrique El Ghoul et dans Le Matin sous la rubrique Mesmar J’Ha.

     

     

    Prix France et étranger TTC : 22 €

    ISBN 978-2-35453-042-6


     
    Partager cet article
    << Début < Précédent 1 2 3 Suivant > Fin >>

    Page 1 sur 3