Editions Sefraber

Amar Mezdad Imprimer Email

Il fait l’unanimité. Demandez à n’importe quel universitaire spécialisé dans la littérature kabyle ou à n’importe quel écrivain ou lecteur, qui est le meilleur romancier d’expression amazighe, la réponse sera sans l’ombre d’un doute : Amar Mezdad.

En plus d’être l’écrivain qui manie le mieux la plume en tamazight, Amar Mezdad est également l’écrivain de la même langue qui écrit et édite le plus de livres. Deux (entre romans ou recueil de nouvelles) toutes les deux à trois années. Un véritable exploit quand on sait combien il est difficile de noircir une page blanche rien qu’à partir de son propre imaginaire et sans aucune matière de base comme c’est le cas quand il s’agit d’essais ou de témoignages.

Amar Mezdad qui a, jusque-là, écrit, exclusivement, en tamazight, vient de rebondir en traduisant l’un de ses livres en langue française. Amar Mezdad vient, en effet, de mettre sur le marché son recueil de nouvelles, intitulé « Tughalin ». Le livre en français porte le même titre : « Le retour ». Des universitaires connus dans le domaine amazigh ont prêté main forte à l’auteur dans le travail de traduction de ses textes littéraires d’une rare beauté et d’une authenticité certaine.

C’est la première fois que l’un des livres d’Amar Mezdad, qui a toujours écrit en tamazight, est traduit en langue française. Le dernier roman écrit et publié par cette référence dans l’écriture littéraire amazighe, est le livre intitulé « Yiwen wass deg tefsut ». Ce roman a été publié en 2015. Avant cela, Amar Mezdad avait publié de nombreux autres romans et recueils de nouvelles comme : « Tettdilid ur d tkeccem », « Ass-nni », « Tughalin », « Tagrest Urghu », « Id d was », « Tafunast igujilen », etc.

 
Partager cet article
Creation site internet : Noviatis
© Netizis Web Solution