Editions Sefraber

Bejaia capitale des lumières Imprimer Email


Abderrahmane Khelifa, cet amoureux de l’histoire et de l’Algérie, n’en est pas à sa première tentative, puisqu’il a déjà fait paraître plusieurs livres consacrés à de nombreuses villes, à l’instar d’Alger avec Histoire d’El-Djazaïr Bani Mazghana ; Honaïne, ancien port du royaume de Tlemcen, ou encore Cirta, Constantine, la capitale céleste. La préface quant à elle a été élaborée par le PDG du groupe Cevital, Issad Rebrab, où il rappelle le rôle civilisationnel et commercial qu’a joué, et que joue encore, la ville dans le bassin méditerranéen.Le judaïsme, le christianisme, l’avènement de l’islam ainsi que les cultes présents à Béjaïa sont évoqués dans le chapitre suivant, où il est également question du mouvement des confréries et des zaouïas qui ont fait la renommée de la ville.

Dans les derniers chapitres, l’auteur est revenu sur la vie administrative de Béjaïa, ses plus prestigieux monuments et ses quartiers, sa céramique et sa grande mosquée qui sont accompagnés de nombreuses photos qui reflètent toute la beauté et la richesse de cette ville antique. Le point fort de cet ouvrage pourrait justement résider, outre son apport culturel et historique, dans les nombreuses illustrations accompagnant le titanesque travail de recherche de l’écrivain, disséminées tout au long du livre, avec l’aqueduc de Toudja, le cap Carbon, Yemma Gouraya, la montagne d’Ibarissen, ou encore la forteresse de Tamzazdakt d’El-Kseur. L’auteur rapporte d’ailleurs les propos du général Voirol qui voyait en elle le moyen de faire “un pas immense à la colonisation par l’effet qu’elle produira sur les colons et les indigènes. Elle sera en notre pouvoir en 24 heures après la notre arrivée”. Le troisième chapitre quant à lui nous rappelle le rôle primordial de la ville dans le commerce et sa position stratégique qui lui ont permis d’échanger avec les musulmans, les Italiens, les Français et les Espagnols. Il est également question dans ce chapitre de la conquête musulmane qui a vu naître les royaumes fatimide, ziride et hammadite, et dont Béjaïa a été le berceau. À la fin du chapitre, l’auteur revient sur la présence espagnole et ottomane dans la ville, ainsi que la période coloniale qui a vu Béjaïa devenir un point stratégique pour l’armée française. Il nous embarque ensuite dans des temps lointains, avec les civilisations qui ont peuplé Béjaïa sous l’ère paléolithique jusqu’à la colonisation française. Paru cette année, Béjaïa, capitale des lumières retrace l’histoire de cette ville antique, des Hammadites aux Fatimides, en passant par les Zirides, l’auteur nous raconte la ville à travers sa géographie dans le premier chapitre, en évoquant l’origine des différents noms qui lui ont été attribués à travers le temps, son climat, sa végétation et sa célèbre vallée, la Soummam. Ancien élève de l’École normale supérieure, titulaire d’un doctorat en histoire et archéologie, Abderrahmane Khelifa vient de publier Béjaïa, capitale des lumières, aux éditions Gaïa. L’ouvrage est composé de 532 pages et divisé en sept chapitres, où nous sont successivement présentés l’histoire de la ville, sa géographie, sa population ainsi que ses monuments. 
Cet ouvrage de plus de 500 pages témoigne non seulement de l’importance qu’a connue la ville sur le plan local et mondial, mais pourrait aussi servir à transmettre ce riche patrimoine aux nouvelles générations.

Beau-livre Béjaïa, capitale des lumières, de Abderrahmane Khelifa Éditions Gaïa, 532 pages, 2016 - Diffusé en  France par Sefraber.

Prix  TTC : 58 €
EXPEDITION SANS FRAIS MONDE E
 
Partager cet article
Creation site internet : Noviatis
© Netizis Web Solution